Waves de Daniel Palacios

25 08 2012

Dans son oeuvre Waves, Daniel Palacios s’amuse à tromper nos sens. Une longue corde vibre sous l’action de moteurs et occupe l’espace sous forme d’ondes mécaniques et sous forme d’ondes sonores.

Les vibrations de la corde apparaissent sous forme de vagues se déplaçant plus ou moins rapidement. Ce mouvement provient de la persistance rétinienne de nos yeux qui stroboscope les rapides déplacements de la corde. Alors que notre vision nous trompe sur la vitesse réelle du phénomène, l’ouïe n’en fait rien. Le son aigu émit par le déplacement de la corde dans l’air nous met en garde sur la véritable allure du phénomène. Cette confusion des sens créer une oeuvre intrigante pour le spectateur qui se rappelle que nos sens sont faillibles.

Cette oeuvre m’interroge sur un point. Comment se fait t-il que le son produit par la corde change au cours du temps ? L’on sait qu’un corde que l’on fait vibrer en un bout adopte un mode stationnaire qui produit un son unique. C’est la corde de Melde qu’illustre très bien la vidéo suivante :

Qu’est ce qui explique alors que la corde n’adopte pas un unique mode mais oscille entre plusieurs ?

Ce changement de hauteur de son produit peut provenir de plusieurs choses. Tout d’abord la corde n’est pas mise en vibration dans un seul plan mais en rotation par deux moteurs placés aux extrémités. Une légère différence de vitesse de rotation entre les deux moteurs peut faire varier l’excitation des modes stationnaires de la corde. Aussi la dissipation des vibrations de la corde comme le frottement avec l’air est susceptible de transférer de l’énergie d’un mode à un autre, ce qui aurait pour effet de moduler le son émit par la corde. On peut alors même se demander si le passage des gens à proximité de la corde ne serait pas capable d’influencer les modes présents dans les vibrations de la corde. Auquel cas cela rendrait l’oeuvre interactive.

Sources :

Waves – Daniel Palacios. #

Wikipédia – Corde de Melde. #