Chien mouillé

3 07 2011

Les mammifères poilus tels que les chiens, les ours ou les souris se secouent à la suite d’un bain. Cette méthode permet à ces animaux de projeter dans l’air  les gouttes d’eau accrochées à leur pelage (parfois au détriment de leurs propriétaires). Des chercheurs du Goergia Institute of Technology ont montré que la fréquence à laquelle ces mammifères se secouent est reliée à leur taille. Ainsi plus l’animal est gros, moins il a besoin de se secouer rapidement pour se sécher.

Cette observation provient du fait que  les forces centrifuges augmentent proportionnellement à la distance du centre de rotation. En revanche, la force d’adhésion des gouttes d’eau au pelage est sensiblement la même pour les différents animaux. Ainsi les plus gros mammifères se secouent moins vite que les plus petits pour faire évacuer l’eau. Ce résultat se retrouve sur le graphique suivant où les chercheurs ont reporté les fréquences des secousses en fonction de la taille de l’animal.

Remarquons que l’expérience ne donne pas exactement la dépendance en rayon attendue par le raisonnement théorique. Un animal de taille donné n’a pas besoin de se secouer aussi fort que ce que prévoit le calcul. Bien qu’aucune explication n’ai été avancée, cela est peut être du à la surface rugueuse du pelage qui accroche moins les gouttes d’eau qu’une surface plane.

Source :

http://arxiv.org/abs/1010.3279


Actions

Information

2 responses

8 12 2011
steph

vous parlez de « besoin », mais quid de la capacité !!

si je dis qu’un gros animal a des mouvements plus lents qu’un plus petit, et que par conséquent, il y a un lien entre la fréquence du mouvement et la taille des animaux, cela tiendrait tout autant de debout (voire même plus de mon point de vue)… c’est que le rapport force musculaire / volume a déplacer doit sans doute être pris en compte… l’inertie en somme…

>Des chercheurs du Goergia Institute of Technology ont montré que la fréquence à laquelle ces mammifères se secouent est reliée à leur taille. Ainsi plus l’animal est gros, moins il a besoin de se secouer rapidement pour se sécher

phrase 1 : pas de pb, il s’agit d’une corrélation…
phrase 2 : l’hypothèse du « besoin » est patente… et fondée sur quoi ?????

10 12 2011
bdarbois

Bonjour,

Merci beaucoup pour votre commentaire très pertinent. Je suis bien d’accord sur l’usage très maladroit du mot « besoin » que je vais retirer immédiatement de mon article. Je m’étais également posé la question sur le fait que cette loi puisse aussi venir d’un équilibre entre force musculaire disponible et masse à mettre en mouvement. Le problème de ce raisonnement c’est qu’il donne une loi qui relie la dérivée de la vitesse de rotation avec la taille des animaux. Or les données expérimentales du groupe de David Hu semblent montrer que la taille des animaux est plutôt reliée à la vitesse de rotation. Cependant je serais très intéressé de pouvoir tracer la dérivée de la vitesse de rotation pour ces animaux en fonction de leurs tailles afin de voir si une loi ressort.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :